Les Halles de Wazemmes
Les Halles de Wazemmes, en face du Bazar

Le Bazar de Wazemmes, une histoire de quartier

On continue notre série sur Lille Wazemmes ! Après la rue Jules Guesde, on traverse le marché, pour arriver, cette fois, rue Gambetta, où l’on s’intéresse au mythique Bazar de Wazemmes.

Et il faut dire que s’il existe une saga dans le coin, c’est bien celle du Bazar. Depuis sa fermeture, beaucoup de scenarii ont été imaginés pour réhabiliter les quelques 1500m2 de ce commerce d’antan. Quelques rénovations, des projets, puis… plus grand chose. L’établissement connu de tous ferme ses portes en 2007.

Pourtant, assez vite, François Burrette, un professionnel de l’immobilier surtout connu pour ses investissements dans le Vieux-Lille dans les années 90, se propose d’acquérir le bien. Il souhaite en pour en louer une partie au Crédit Mutuel. L’homme est réputé pour son nez fin, car il a fait fortune en achetant des biens du Vieux-Lille, réputés trop chers à l’époque… La suite, tout le monde la connaît, un quartier qui prend énormément de valeur, et tous les commerces, jadis populaires, qui se transforment en boutiques de luxe. Peut-être espérait-il faire le même destin pour Wazemmes ?

L’enseigne témoigne d’une époque révolue

7 ans de procédure, un énorme gâchis

La Ville de Lille a bien tenté, en 2008, de préempter la vente du bien, pour 2,1 millions d’euros. Le but : éviter que la friche mythique ne se mue en banque. En effet, c’était l’un des objectifs de François Burrette…. Mais au final, et après 7 longues années de bataille, on en revient au même point. Le tribunal lui a donné raison. L’investisseur, récompensé pour sa ténacité, est autorisé à récupérer le bien en 2015, pour une somme quasiment identique au prix d’acquisition proposé par la mairie de Lille. Deux millions, soit aucune inflation dans le prix de vente, pour un bâtiment dégradé, car laissé à l’abandon pendant des années. La friche appartient désormais officiellement à M. Burrette depuis le mois de décembre, après sept ans de procédures judiciaires et de recours.

Au final, un coup d’épée dans l’eau pour la municipalité, et surtout, une mobilisation de fonds publics pour une opération nulle. N’empêche. Entre l’abandon total, et la création d’une énième banque, il y avait peut-être là l’espoir de voir fleurir un nouveau commerce indépendant ?

Le Bazar de Wazemmes, boutique mythique pour des générations de Lillois

Entre son ouverture, après la Première Guerre mondiale (en 1921) et sa fermeture en 2007, le commerce s’était spécialisé dans les Arts de la Table. Pour des générations de lillois, c’était là qu’on déposait sa liste de mariage, ou qu’on allait faire des cadeaux qui sortaient de l’ordinaire. Le service était populaire et familial. Pas de talkie walkie ou d’appel micro, les références de prix manquantes, étaient hurlées d’un étage à l’autre. Idem pour le service après-vente, qui se faisait même sans présenter de justificatif d’achat et en totale confiance pour le client. On imagine mal ce genre de commerce fleurir aujourd’hui, mais ceux qui l’ont connu ne peuvent qu’être nostalgiques face à la disparition de ce type d’établissement populaire et indépendant.

La Voix du Nord annonçait dans son édition du 16 janvier dernier que le bien avait été officiellement remis en location. Celui-ci pourrait être scindé en plusieurs commerces. Nul doute que nous connaîtrons bientôt le « voisin d’en face » des Halles de Wazemmes. Pitié, faites que ce ne soit pas une énième agence bancaire.