Dimanche matin, 10h, dans une ville de l’agglomération lilloise*.

J’ai rendez-vous avec Lou Ankh, un jeune photographe local. Il m’a filé rencard dans un lotissement semblable à mille autres.

 

Carrières de Lille
Photo © Lou Ankh

Après une nuit courte, je me demande ce que je fous là, il n’y a pas un bruit dans le quartier, et j’ai surtout l’impression de m’être complètement trompé de lieu.

Soudain, une voiture surgit, et un grand gaillard en sort. C’est lui. Une fois les présentations faites, il me présente à un couple qui va nous accompagner. Apparemment, la fille souhaite devenir son modèle photo, et son mec l’accompagne pour faire les repérages du lieu. Ok.

Sauf que.

Pas de route pour accéder au studio photo en question, pas plus que d’ascenseur ou de station de métro. Pas même l’ombre d’un chemin balisé ou de coordonnées GPS exploitables. En réalité, là où l’on va, peu de privilégiés ont l’occasion de s’y rendre.

 

Photo © Lou Ankh

 

Exploration imminente

Notre guide nous file quelques conseils. Il nous file quelques trucs pour ne pas éveiller les soupçons des voisins, et risquer de croiser les flics. Car même si Lou Ankh a toutes les autorisations nécessaires (il travaille même en partenariat avec la mairie, les pompiers…), en réalité, en cas de contrôle, ça mettrait forcément en péril la sortie. Personne ne bronche, et on écoute la voix du sage.

« Silence jusqu’à l’entrée. On parlera en bas. »

ll nous emmène derrière un buisson, tout ce qu’il y a de plus classique.

Sérieusement, j’en viendrais à me demander si c’est pas un énorme canular… Si le gars ne va pas nous sortir un « middle finger » de sa poche, nous dire d’aller nous faire foutre, pour nous calmer, en bons naïfs qui auraient cru pouvoir goûter au « souterrain défendu »… Mais mon flip s’évapore vite.

On se réunit autour de ce qui semble être une plaque d’égout. Lou Ankh nous prépare sur la suite des événements.

« Ah merde, j’ai oublié de vous demander, personne n’a le vertige ? »

Je laisse un blanc, je ne sais pas s’il déconne. Tant pis, il est trop tard pour reculer. Il demande qui est OK pour descendre en premier, et je me propose.

Au poignet, j’ai un petit phare qui me sert pour la plongée sous-marine (mais ça, ça fera l’objet d’un autre post sur Boukachuk). Avant de passer par la petite ouverture, je jette quand même un coup d’œil au fond, pour évaluer la hauteur. Il doit y avoir une bonne dizaine de mètres, à descendre par une échelle de service. Ca me rassure un peu, parce que j’imaginais descendre par une échelle rouillée de 1872, et tomber directement dans le vif du sujet : de la flotte, de la boue, etc. Il n’en rien, et je descends en vitesse, suivi des autres. Sous mes semelles, un mélange de déchets de craie et de boue, plutôt compact.

 

Les carrières souterraines : un terrain de jeu bien obscur

C’est débile, mais lorsque je touche le sol, je suis surpris par l’obscurité. Comme un couillon, j’imaginais qu’une source lumineuse extérieure ou cosmique éclairerait un minimum le fond. Je sais, c’est très con, mais j’ai été surpris par le néant, et le silence soudain. La batterie de mon petit phare a intérêt de tenir le coup, pendant la durée de l’exploration.

Lou Ankh clôture la marche, après avoir refermé la plaque d’égout. Il fait une blague sur le fait que, maintenant que nous sommes tous enfermés, il peut nous avouer être un serial killer, avide de viande humaine. Il explose de rire. La vanne est super drôle, mais personne ne se marre sur le coup (bizarrement !).

Une fois descendus, on arrive dans une petite salle, le plafond est bas et très brut. On voit tout de suite la trace humaine, mais le lieu n’a pas l’air dégueulasse. Pas de déchets au sol.

Il n’y a pas vraiment de séparation entre les pièces. On évolue, assez rapidement, et on passe de petite salle en petite salle à la faveur des passages. Certains sont praticables, accessibles, d’autres un peu plus sportifs, et il faut enjamber des monticules de remblais de craie pour passer de l’autre côté. Dans tous les cas, il faut faire gaffe de ne pas s’ouvrir le crâne sur l’une des arêtes saillantes du plafond, et de ne pas se fouler la cheville. Tout accident, ici, deviendrait vite problématique ! Lou Ankh est intraitable sur la question :

« En parlant de risques, il faut savoir que ces descentes sont strictement interdites par arrêté municipal. Ceci pour éviter, comme cela s’est produit pendant des siècles, que des jeunes en recherche de sensations fortes n’y descendent et se perdent, car ces souterrains sont dangereusement paumatoires sans une bonne carte ou un bon fil et l’expérience du terrain, qu’on y envoie plusieurs centaines de sauveteurs à leur recherche. L’autre danger, c’est le risque d’effondrement causé par l’érosion des sols et infiltration d’eaux.

Dernier souci : la préservation des lieux, éviter qu’ils soient encore plus dégradés qu’ils ne le sont déjà par les visites passées. Si nous, nous avons une autorisation officielle, je précise bien que ces souterrains ne sont pas un terrain de jeu. »

Photo © Lou Ankh

 

Un véritable dédale, sous terre

Plusieurs fois, des monticules énormes de gravats bouchent le passage. Lou Ankh nous explique que ce sont des « catiches », c’est à dire des endroits d’extraction de la craie, qui ont du s’effondrer avec le temps, l’humidité, ou l’activité humaine. Heureusement, la plupart des catiches ont l’air de résister encore solidement à l’épreuve des années. Un coup d’œil en l’air, et on se rend compte qu’elles ne sont pas maçonnées, et tiennent juste avec la clé de voute.

 

On tombe sur des pièces très bien aménagées. Ici, un « bar » fait de craie, avec des gravures sur les murs et des décorations de récup’ ça et là. Notre guide nous parle de « J. », un artiste qui a découvert un jour que sa maison était au dessus de la carrière, y a creusé un trou, et en a profité pour aménager des espaces dans les souterrains. On ne sait pas vraiment si le « J. » en question est à l’origine de tout ce qu’on voit, mais certaines pièces sont dingues. Dans l’une d’elles, Lou Ankh nous explique qu’ils y ont aménagé un cinéma : avec des chaises en plastique, un drap tendu, et un petit projecteur portable qu’ils emmènent quand ils ont décidé de se faire une toile sous terre. On a déjà eu du mal à traîner notre cul jusqu’ici, et je me demande comment ces malades ont eu l’idée (et surtout, la volonté) de venir concurrencer UGC ou Kinépolis là où ces derniers n’iraient de toute façon jamais : sous terre !

 

On arrive enfin au « lac bleu », apparemment le clou du spectacle. Il doit y avoir 1m d’eau, stagnante, et ça donne une dimension très particulière au lieu. On aurait presque envie de s’y baigner !

 

Plus aucune notion du temps et de l’espace

Depuis combien de temps est-on là ? 30 minutes ? 2 heures ? J’avoue avoir perdu la notion du temps, et je retarde le moment où je regarderai ma montre, pour profiter de ce moment si rare et si précieux : sans réseau téléphonique, entre 3 et 15m sous terre, mon esprit flotte sereinement. Notre guide se repère facilement dans le labyrinthe souterrain. Il sort quand même sa carte une fois ou deux, et n’a pas l’air inquiet. Au sol, on tombe sur quelques fils d’ariane, laissés là par des personnes un peu moins confiantes, qui ont voulu retrouver la surface à coup sur.

On quitte le lac bleu, pour un autre endroit : Lou Ankh et ses potes se sont aménagé un espace sous terre, un super salon avec fauteuils en craie, table basse massive et éclairage à la bougie. Il nous explique y passer souvent des soirées à une dizaine. Je crois que j’aurais beaucoup de mal à faire la teuf dans un endroit pareil, par crainte de perdre mes seules capacités à m’en extraire, et de perdre la notion de l’orientation, en plus de celle du temps et de l’espace qu’on perd déjà à l’état sobre.

Un de ses potes doit nous rejoindre, à 11h15 précise. Je percute :

« Merde ! Déjà 1h15 qu’on est là ! »

 

Petit salon installé dans la carrière, sous terre

Les carrières, témoins du temps et de l’Histoire

Le pote, Cyrille, n’arrive pas. Lou en profite pour nous raconter comment ils se sont connus.

En 2013, des spéléologues en exploration dans une cave, toujours dans l’agglomération lilloise, ont trouvé une inscription énigmatique. « GLORIEUS », tracé à la bougie.

En sortant, ils ont décidé de lancer les recherches. Rapidement, ils ont retrouvé la trace de l’auteur du graffiti. Il s’agit de Charles Glorieus, un résistant communiste qui s’était réfugié là, pendant la seconde guerre mondiale. Ils ont pu contacter sa famille, et ont proposé à Cyrille Glorieus, le petit-fils du résistant, de venir voir sur place l’inscription. Depuis, ce dernier n’a jamais lâché les carrières, et n’a jamais loupé une occasion de descendre. Il en est devenu un véritable spécialiste.

1843Ce dernier a retrouvé, par hasard, la trace d’un vieux copain de collège, Lou Ankh, qui faisait des photos souterraines. Ils ont vite développé ensemble leur passion commune, et ont généré un sens et une connaissance des carrières, qu’elles soient lilloises ou parisiennes (les fameuses « catas »), hors du commun.

Lou Ankh fait des photos, recrute des modèles, arrange des scénographies souterraines. « Quand je shoote, je dois me taper plus de 15 kg de matos »…

Ca paraît énorme, surtout vu le temps qu’il faut pour se déplacer.

 

Je suis en sueur, car j’étais persuadé qu’il ferait très froid sous terre. En réalité, il fait dans les 16°c, et je regrette amèrement mes choix vestimentaires. On retrouve Cyrille, qu’on ne pensait plus trouver parce qu’on avait quitté le lieu de rendez-vous (et impossible de se joindre). Il nous donne davantage de détails sur les lieux que nous traversons. Nous avons une destination : la mairie (enfin, ses souterrains, vous aviez compris). Cyrille, en bon passionné, détaille chacune des inscriptions, qu’il semble connaître par cœur. Ici, une famille qui a du trouver refuge pendant la guerre. Là, un fermier qui, pendant les mêmes tensions historiques, a du planquer des marchandises aux yeux des allemands… Un tunnel très bien aménagé mène d’ailleurs à une ancienne ferme.

 

Beaucoup de questions, peu de réponses

C’est dingue ! Depuis le XIème siècle, période à laquelle cette carrière a été ouverte, celle-ci a eu de très nombreuses fonctions. On retrouve parfois des traces de champignonnières, et de plantations de barbe de capucin (une chicorée très amère, consommée comme les endives). On y voit des inscriptions de n’importe quelle époque… des mots étranges ou même flippants (comme un message du XVIème siècle d’un type qui dit se retirer des carrières car il « y a cru mourir »), des listes de familles réfugiées là pendant la guerre. Ces gens sont-ils tous morts ? Pour les plus anciens, ont-ils transmis une trace de leur passage, en dehors de ces marques dans la craie ? En tout cas, c’est rassurant de voir que des passionnés, comme nos deux accompagnateurs, perpétuent leur souvenir, et référencent ces empreintes historiques.

Lou Ankh se rend comte qu’il a oublié sa veste, 30 minutes avant. Il décide de nous faire sortir par un accès dévoyé, avant de retourner avec son pote la chercher.

Il est midi. On est sous terre depuis 2h.

Nous remercions nos deux compères à la lampe frontale, avant de remonter dans un bâtiment. Puis dans sa cave. Puis, dans ce même bâtiment. Nous sortons, sans un bruit.

 

On est un peu assommés par la remontée en surface, et le « retour » à la normale. Dans la rue, les gens commencent à s’activer, des petits vieux sortent de la messe. Ont-ils conscience de ce qui se trame sous leurs pieds ? Combien s’y sont cachés pendant la guerre, y ont planqué de la bouffe ou des armes ? Combien de personnes ont fréquenté cette carrière ? Quels-y ont été les drames ?

Une chose est certaine : je veux y retourner, pour en savoir plus.

Photos © Lou Ankh
Pour en savoir plus : son book photo / son Facebook

* pour des raisons évidentes, nous ne divulguerons pas les lieux exacts

Photo © Lou Ankh