La fibre optique, qu’est-ce que c’est que ce truc ?

C’est simplement la technologie la plus avancée pour se connecter à Internet, en « très haut débit ». Il s’agit d’une fibre en silice, tirée jusqu’à l’abonné, et qui promet des débits beaucoup plus importants qu’une connexion ADSL classique. En effet, la fibre, c’est jusqu’à 1 Gb/s, alors que l’ADSL plafonne à 25 Mbit/s, façon Renault 5 à fond de cale sur l’autoroute, avec les vitres qui vibrent et l’autoradio à fond (et la moumoute sur le volant).

A l’heure actuelle, nos usages Internet sont en pleine explosion. Tout est connecté, dans le cloud, mis en ligne instantanément. Impossible de faire autrement.

Différentes technologies sur le marché

La « fibre », c’est un terme générique, et ça veut tout et rien dire. Différentes technologies, différentes appellations, et surtout, différents opérateurs se disputent le marché. Dans le Nord – Pas de Calais, la situation est, comme partout ailleurs, très contrastée. Les RIP (Réseaux d’Initiative Privée) et les opérateurs privés se partagent le marché. Les premiers installent de la fibre là où ce n’est pas économiquement rentable (ou, tout au moins, pas à court terme), et les seconds se focalisent sur ce qui est viable sur un plan commercial.

FTTH, FTTLa, WTF ?

La dénomination « fibre » regroupe plusieurs appellations. Le FTTH c’est la fibre amenée directement à votre logement, où vous disposerez d’une tuyau pour vous tout seul, sans aucun partage avec vos voisins, et sans terminaison coaxiale (vous savez, ce câble pas trop cher qu’on peut installer soi-même sans soudures complexes). Pour l’instant, c’est Orange, Free et Bouygues qui installent le plus de Fibre FTTH dans le Nord. SFR préfère exploiter l’ancien réseau câblé de Numéricable et monter en débit. Et le FTTLa, avec terminaison coaxiale, en a encore sous le capot, puisque cette technologie propose des débits maxi honorables sur toute l’agglomération : 100 Mbit/s pour Lille et proche agglo, à 1 Gb/s pour les foyers de Lys, Croix, Wasquehal, Hem, Mouveaux, Roubaix, qui sont, ou seront très prochainement amenés à cette vitesse. (edit : Merci à Antoine D. pour les infos sur NC !)

La technologie FTTH est quant à elle plafonnée à 1 Gb/s… Mais saucissonnée par les opérateurs, sur un plan commercial (coucou, Orange JET FIBRE), qui limitent les débits en fonctions de vos euros ! Hors agglomération lilloise, SFR profite ainsi d’une couverture plus importante, et migre peu à peu ses abonnés vers des offres à 400 Mbit/s. C’est le cas à Cappelle-la-Grande, à Coudekerque-Branche, à Fort-Mardyck, à Saint Pol sur Mer et dans quelques communes de l’agglomération lilloise,

Un gros tuyau… Mais pour quoi faire ?

C’est vrai qu’à l’heure actuelle, un particulier qui possède une ligne 1 Gb/s n’a pas pas encore toute latitude pour profiter à 100% de sa ligne, sauf à télécharger du Hentai à longueur de journée, ou à mater des replay en 4K sur Youtube, et dans chaque pièce de sa maison. Néanmoins, la moindre de nos activités est aujourd’hui sujette à une consommation toujours plus importante de bande passante. TV à la demande (Netflix, Canalplay, Molotov.tv, etc.), sauvegardes dans le cloud, jeux en réseau, streaming, appels vidéo… On imagine mal comment la tendance pourrait s’inverser.

Un fossé, toujours plus grand

Même si 95% des personnes se cognent complètement de pouvoir télécharger des distributions Linux ou des films porno en chti  des productions audiovisuelles régionales à la vitesse de l’éclair, il y a une donnée qui doit être prise en compte : c’est l’attractivité immobilière. Aujourd’hui, quand on achète une maison, le vendeur fournit un DPE (Diagnostic de Performance Energétique), et l’on parle d’un DPI (Diagnostic de Performance Internet) qui pourrait entrer en vigueur. En gros, votre baraque sera notée aussi en fonction du débit disponible, et ne riez pas, c’est une donnée qui va s’avérer de plus en plus importante, surtout pour les travailleurs indépendants qui n’auront pas opté pour le coworking. D’ici là, soyez attentifs si vous devez acheter une maison, car si celle-ci se retrouve en pleine campagne, et pourvue d’une connexion max à 3 Mbit/s (soit une connexion ADSL pourrie de campagne), ce sera un réel problème et un argument de négociation à la vente. C’est peut-être pour cette raison que les opérateurs sont invités à poser leurs fourreaux dans des zones attractives, mais pas encore raccordées au très haut débit, comme par exemple à Fournes-en-Weppes. Voilà, c’était la minute Stéphane Plaza de Internets.

Pour connaître votre éligibilité aux offres des opérateurs, vous pouvez tester votre adresse ou votre numéro de téléphone, sur les sites dédiés des opérateurs, à part Free, qui se la joue perso, et qui vous appelle une fois que vous êtes éligible.

Pour connaître la couverture en fibre de votre logement, ou d’un logement que vous pourriez acquérir, rendez-vous sur le site de l’Observatoire France THD, qui regroupe toutes les technologies, et tous les opérateurs. Vous saurez ainsi, après avoir renseigné votre adresse, quel débit votre connexion Internet pourra enfin cracher.