On le sentait arriver, il était pressenti depuis plusieurs semaines… C’est désormais officiel : à partir du 1er juillet 2017, Marcelo Bielsa sera l’entraîneur du LOSC. Chargé de mener à bien le projet du nouveau propriétaire du club Gérard Lopez, le technicien argentin suscite déjà énormément d’excitation et d’interrogations.

Bielsa, le fantasme devenu réalité

Gérard Lopez ne s’en est jamais caché : il voulait faire de Marcelo Bielsa l’entraîneur du LOSC. Si cette idée semblait bien utopique il y a quelques mois, les rumeurs et indices indiquant son bienfondé ont rapidement pris de l’ampleur. On entendait que l’Argentin avait visité le centre d’entraînement du LOSC il y a plusieurs semaines, qu’il y avait même déjà un bureau à son nom… Des bruits qui ne faisaient qu’alimenter les fantasmes sur les réseaux sociaux, et qui n’étaient pas tangibles.

 

Mais, depuis une dizaine de jours, tout s’est accéléré et les signes de l’arrivée d’El Loco se sont multipliés. La défaite du LOSC en championnat contre Angers lors de la 25ème journée fut celle de trop pour Patrick Collot, coach intérimaire de l’équipe qui n’avait pas réussi à apporter de progrès dans le jeu. Mardi dernier, c’est donc une nouvelle tête qui arrivait à la tête du LOSC : Franck Passi, qui a été l’adjoint de Marcelo Bielsa durant son passage à l’OM. Le lendemain, Bielsa rencontrait Lopez à Paris. Enfin, ce week-end, le technicien argentin était aperçu dans les tribunes lors des matchs des U19 et de la CFA du LOSC. C’est finalement dimanche midi que la signature de Bielsa était officialisée.

 

Marcelo Bielsa a déjà découvert les joyaux de notre région.

Un peu plus de quatre mois pour préparer le terrain

Si Franck Passi a affirmé que Marcelo Bielsa n’interférerait pas dans ses décisions jusqu’à la fin de saison, il y a fort à parier que les deux hommes s’entretiendront régulièrement tant ils ont tissé une relation de confiance lors de leur aventure phocéenne. Marcelo Bielsa ne prend pas immédiatement les rênes de l’équipe car il a besoin de temps. Jusqu’à sa prise de fonction, El Loco va rester en retrait et disséquer l’effectif lillois, visionner encore et encore les matchs de l’équipe afin de ne rien laisser au hasard et d’arriver cet été avec toutes les cartes en mains pour juger au mieux ses joueurs. Nul doute que certains d’entre eux, au vu de leurs prestations récentes, doivent rencontrer quelques troubles du sommeil.

Ce laps de temps va également permettre au LOSC de se faire à l’idée d’être dirigé par un entraîneur qui sort des carcans dans lesquels le club s’était enfermé depuis plusieurs saisons. En effet, le changement dans les mentalités et dans les intentions footballistiques sera brusque après des années où des entraîneurs comme René Girard, Hervé Renard ou Frédéric Antonetti ont souvent joué petit bras et eu toutes les peines du monde à enflammer le stade Pierre Mauroy. Avec Bielsa, ce dernier est appelé à devenir incandescent. Bon…. Dans la mesure du possible avec le public lillois.

Le symbole des ambitions lilloises

Car Marcelo Bielsa, c’est une méthode qui détonne, qui fait couler beaucoup d’encre et de salive. Le nouvel entraîneur du LOSC a suscité lors de son premier passage en France de nombreuses interrogations, et continuera d’en soulever. De quelle couleur sera sa glacière ? Essaiera-t-il de parler français ? Regardera-t-il les journalistes dans les yeux ? Portera-t-il un survêtement trop grand ? On s’en fout. L’important est ailleurs.

En faisant signer celui que de nombreux entraîneurs devenus des références mondiales, comme Guardiola, Simeone ou Sampaoli, voient comme un mentor, Gérard Lopez réussit le tour de force de faire du LOSC l’un des points de chute les plus attractifs du foot français. Au-delà du personnage qui fascine tant les médias, Bielsa est un homme qui vit pour le football et laisse une trace indélébile au sein de chaque club dans lequel il passe. Avec ses préceptes tactiques innovants, sa philosophie de jeu résolument tournée vers l’offensive et la grinta qu’il inculque à ses équipes, Bielsa parvient à donner à ses formations un caractère unique.

De plus, cette signature représente une pierre de plus à l’édifice qu’est en train de bâtir Gérard Lopez. Après avoir fait de Marc Ingla, ancien du Barça, son directeur général et de Luis Campos, personnalité renommée et respectée, l’homme chargé du recrutement losciste, le milliardaire luxembourgeois frappe un grand coup en recrutant un entraîneur de renom capable de transcender une équipe, voire un club tout entier.

Avant le règne d’Eul’loco, une saison à terminer

Toutefois, il convient de ne pas mettre la charrue avant les bœufs. Il reste quatre mois et demi avant que Bielsa ne pose définitivement ses valises au domaine de Luchin. D’ici là, le LOSC a un maintien à assurer. Et avec actuellement quatre points d’avance sur le barragiste et un match supplémentaire joué, la Ligue 2 n’est pas si loin. Le premier match de Franck Passi a fait poindre quelques promesses dans la manière et surtout dans le résultat, avec une victoire 1-0 sur le terrain de Caen. Désormais, tâche aux joueurs de faire ce dont ils ont été incapables depuis le début de saison : enchaîner afin d’engendrer les points et se donner de l’air au classement.

De plus, avec Bielsa, même une signature ne peut avoir valeur de certitude. Il est un homme empli de convictions parfois difficiles à percer et auxquelles il ne déroge pas. Si quelque chose de convenu avec ses dirigeants n’est pas appliqué, il n’hésite pas à claquer la porte, du jour au lendemain. C’est ce qu’il a fait en août 2015, à l’OM, après la première journée de championnat, ou encore cet été, à la Lazio Rome, seulement quelques jours après son intronisation, sans avoir dirigé le moindre match officiel.

El Loco aime également avoir la mainmise sur le recrutement des clubs dans lesquels il passe. Hors, c’est désormais Luis Campos qui est en charge de cette responsabilité au LOSC. Et ce dernier affectionne particulièrement avoir les pleins pouvoirs dans ce domaine. La cohabitation entre les deux hommes, si elle peut être explosive, peut également donner lieu à une collaboration des plus efficaces entre deux connaisseurs du football.

Toutefois, ces interrogations, le caractère particulier de Bielsa et la situation actuelle compliquée du LOSC ne peuvent nous empêcher de nous réjouir de voir un entraîneur de classe mondiale arriver dans le Nord. Bienvenue à toi, « Eul’loco » !

Pour ceux qui veulent découvrir comment les équipes de Bielsa jouent, voici l’un de ses chefs d’œuvre, avec Bilbao, face au grand Barça :