Albano Franzoso
Albano Franzoso, 33 ans, raconte Dunkerque et ses habitants

Humans of Dunkerque, par Albano Franzoso

Albano Franzoso est « collecteur d’histoires » comme il se définit. Ce portraitiste de formation a un parcours plutôt atypique. Il est passé par le Marineland d’Antibes, où il était « filmeur », c’est-à-dire qu’il prenait en photo les visiteurs du parc d’attraction. Il a passé quelques années sur la Côte d’Azur, avant de revenir, en 2014, dans le Nord.

A la base, il voulait un projet plutôt clinquant, et il s’est lancé sur une piste totalement opposée : Humans of Dunkerque.

De son boulot dans le sud, il garde ses techniques d’approche, « au feeling », pour inviter les sujets à se livrer sans entrer brutalement dans leur intimité. « On peut vite tomber dans le voyeurisme » !

Très vite, le projet, qui est une émulation de « Humans of New York », accroche les foules. Son truc ? Donner la parole à tous. SDF, migrants, simples citoyens dunkerquois… Albano préfère offrir une tribune à ceux qu’on n’entend jamais, plutôt que de mettre en lumière les « habituels » (politiques, personnalités, etc).

C’est un véritable passionné, en plus d’être un mec simple et tout à fait accessible.

Une version couleur locale de « Humans of New York »

Pourtant, il aurait vite pu lâcher l’éponge. En effet, alors que le site n’existait que depuis une quinzaine de jours, en septembre 2014, Albano se fait agresser. Il se fait passer à tabac, dans les règles de l’art… Il poste une photo de ses vêtements et de son matériel suite à cette mauvaise rencontre. Les témoignages de sympathie affluent en faveur du jeune photographe.

Photo agression
Une mauvaise rencontre, et tout le projet aurait pu basculer. Photo © Albano Franzoso – Humans of Dunkerque

Albano aurait pu abandonner son projet, et se concentrer sur la photographie de mariage (ce qu’il fait déjà à côté) ou faire du reportage traditionnel… Au contraire, ça l’a galvanisé, et persuadé qu’il ne lâcherait pas si facilement le morceau.

« Le mec a été jugé… mais considéré pénalement irresponsable… J’ai pas voulu faire appel. Ca m’a donné envie de poursuivre, et de ne pas m’arrêter à ça. Beaucoup de personnes m’ont apporté du soutien. »

Photo © Albano Franzoso - Humans of Dunkerque
Photo © Albano Franzoso – Humans of Dunkerque

Depuis, chaque rencontre est une occasion. Une petite mise à nu, mais sans jamais entrer dans l’intimité des sujets photographiés, tout au moins sans que ceux-ci ne l’y invitent. Pour un peu, on lui reconnaitrait presque la délicatesse de l’émission « Strip-tease » (France3).

Chaque jour, Albano Franzoso promène son objectif dans les rues de Dunkerque. Du vieux bonhomme pétri par la vie au petit couple qui rêve de passer son bac « pour rendre fier ses parents », en passant par cette dame qui a des soucis de santé (mais qui sort tout le temps parce que « c’est pas la télé qui va donner le moral ») ou encore de ce retraité qui parle de son pommier… ou de son voyage en voilier vers les Antilles. Chaque Dunkerquois y est croqué, sans jugement, sans misérabilisme. Si certaines rencontres sont simples, d’autres nous arrachent des larmes.

Retrouvez Humans of Dunkerque sur Twitter et Facebook.