Bienvenue en 2017, où nous n’avons jamais été aussi informés. De nos flux Facebook ou Twitter, en passant par nos centaines de chaînes de TV et nos iBidules surconnectés, notre vie se résume à un océan très dense d’informations. On a l’impression de tenir dans la main toute la connaissance… Mais voilà, on se bâfre trop souvent de fake news !

La réalité, c’est que n’avons jamais autant partagé de fausses informations sans le savoir (ou sans prendre le recul nécessaire), suivi de faux prophètes digitaux et écouté des charlatans qui, sans aucun fondement scientifique, se servent des réseaux sociaux pour propager leurs idées et vilipender les personnes qui oseraient remettre en cause leurs convictions, parfois complètement foireuses. Notre esprit critique s’est peu à peu réduit en une foi presque totale dans la doctrine suivante : « si c’est sur Internet, ça doit être vrai ». En tout cas, quand ça va dans le sens de nos idées déjà préétablies !

Science Pop, des étudiants à la rescousse

Partant de ce constat, des étudiants lillois, issus de différentes filières et de différentes fac (Lille 1, Lille 2, Lille3), ont eu l’idée de créer un média de vulgarisation et de « fact checking » sur de grandes thématiques scientifiques. Vaccination, homéopathie, agriculture bio ou psychanalyse… Ils ont ainsi créé « Science Pop », un site web très bien fait et toujours très documenté. Pas évident de s’élever contre la toute puissance des trolls, des « pro » ceci, ou des « anti », aux vues partielles et souvent partiales…

Quel est l’effet réel de l’aspartame (le « sucre » des boissons light) sur notre corps ? Un produit naturel est-il toujours bon pour la santé ? Les OGM sont-ils aussi nocifs que ça ? La psychanalyse, est-ce une science ?

Tout passe sous l’œil aiguisé de nos « science poppers ». Aidé par le designer TONYakaCHICK, ils ont lancé leur média, qui se positionne comme un site « d’information scientifique et d’esprit critique, au carrefour science-société ». Nous en avons profité pour les rencontrer. Wassila, Théo et Pierre, ont pu nous parler de leur projet et expliquer leur démarche.

« Les sujets sont souvent techniques, et il n’est donc pas toujours facile de s’y retrouver, surtout qu’en plus les médias – de la presse écrite aux réseaux sociaux – ne sont pas toujours des relais fiables en la matière. Cela peut avoir de graves conséquences, puisque les défis sociétaux auxquels nous faisons face contiennent souvent une dimension scientifique. »

Le Facebook de Science Pop mélange memes, humour et esprit critique

 

Des conférences scientifiques « en vrai », aux débats sur Internet

« La motivation était simple : la science et les technologies influencent une part considérable de notre quotidien, et dans une démocratie, il est indispensable que les citoyens aient accès à une information scientifique de qualité pour pouvoir faire des choix raisonnés par rapport aux objectifs qu’ils ont pour la société. »

L’une des nombreuses conférences proposées par Science Pop

Au début, Science Pop n’a pas toujours eu pour vocation d’être présent sur le web. Il s’agissait avant tout de proposer des conférences, pour exposer, dans un esprit démocratique, et avec une information scientifique réelles, des grands sujets de débats.

Rapidement, la discussion s’est étendue sur le web, aidée par la page Facebook, qui avait été créée dans le cadre du projet d’une association de doctorants. Le crédo ? « la science et les technologies influencent une part considérable de notre quotidien, et dans une démocratie, il est indispensable que les citoyens aient accès à une information scientifique de qualité pour pouvoir faire des choix raisonnés par rapport aux objectifs qu’ils ont pour la société. »

Le but était donc d’organiser des conférences sur des sujets à l’interface science-société, ce qu’ils ont avons fait (homéopathie, OGM, psychanalyse, astrologie, hypnose, vaccination, etc.). Lors de ces conférences mises en ligne par la suite, le public est encouragé à interagir avec l’intervenant, pour un échange cordial facilité. La création du blog est venue bien plus tard, pour permettre de s’exprimer plus en détails et avec plus de nuances… ce qui est indispensable quand on traite de sujets ayant une dimension scientifique !

Quand on demande à Théo, la « plume » de l’équipe, s’il a déjà subi des pressions ou des menaces de l’extérieur :

« Effectivement on n’a pas toujours des retours positifs. Ceci dit, nous n’avons jamais eu de menaces, seulement des insultes. En particulier, quand on parle d’homéopathie, on est à la solde de l’industrie pharmaceutique. Quand on parle de bio ou d’OGM, on est des sbires de Monsanto. De manière plus soft, on insinue que nous sommes victimes de la propagande de ces acteurs économiques puissants qui contrôlent les scientifiques du monde entier. C’est prévisible, et on essaye de se prémunir de ça même si ce n’est pas facile. Car dans ces cas là, on s’oppose à une pensée majoritaire, et il est toujours plus facile de penser que si quelqu’un n’est pas d’accord avec nous, c’est qu’il se trompe ou qu’il veut nous tromper. Le problème, c’est que ce genre d’attitude est renforcée par le fonctionnement des réseaux sociaux, où l’on peut très facilement s’enfermer dans un environnement virtuel composé uniquement de gens qui pensent comme nous, et où on ne reçoit dans son fil d’actualité que ce qui confirme notre vision du monde. Ce phénomène, et d’autres menant à des décalages significatifs entre les opinions de la communauté scientifique et celles du public, sont assez bien décrits dans un livre que je recommande toujours chaudement qui est La démocratie des crédules de Gérald Bronner. »

Fait appréciable : la page Facebook Science Pop est un réel espace de discussion, et l’équipe fait toujours en sorte de répondre aux interventions des visiteurs, même les plus saugrenues.

Des sujets plein les tiroirs

Pour les prochaines semaines/mois, nos scientifiques trublions ont des sujets à la pelle; comme par exemple : vertus et dangers du cannabis, mythes sur le cerveau, manuel d’autodéfense contre les théories du complot… En bref, des choses variées sur lesquelles on se pose des questions ou pour lesquelles l’information fiable est moins facilement accessible.

En parallèle, ils communiquent énormément sur leurs publications et organisent des conférences dispensées par des professeurs, comme c’était le cas le 9 février dernier : conférence sur la vaccination donnée par le Pr Daniel Camus, de l’Institut Pasteur de Lille. On sera attentifs à leurs prochains articles, et on espère vraiment que le format séduira un maximum de personnes… A quand une édition papier de leurs investigations ? En tout cas, on souhaite une excellente continuation à ce très beau projet, et on ne manquera pas de relayer leurs actualités !

Une chose est certaine : pour Science Pop, l’information scientifique critique, c’est capital !