Coffee at Cafe RenoS’il existe une boisson emblématique du Nord, c’est bien la bière le café.

C’était la boisson fétiche des mineurs, et les plus sportifs d’entre eux y ajoutaient la fameuse « bistoule », cette goutte d’eau de vie – souvent du genièvre – pour démarrer la journée du bon pied. Depuis, on a conservé cette sainte addiction pour le précieux liquide noir.

Symbole de la convivialité, c’est sans doute le breuvage le plus consommé ici, quelque soit la communauté. Avec un petit verre d’eau fraîche, de la chicorée… un sucre ou un carré de chocolat, version clair et léger ou noir comme l’enfer, on a tous nos petites préférences pour le « kawa » !

En partant du principe qu’on est tous – ou presque – accro à la caféine… On a décidé, à défaut de rendre hommage à ce monument de la culture locale, de se pencher sur les meilleures formules pour déguster « le petit noir », au meilleur rapport qualité prix.

 

 


cafetière mokaLe café « moka »

C’est la cafetière « sablier » à pression, la plus classique. On mélange l’eau et le café moulu, direction le feu… Et avec la pression, le liquide monte dans le compartiment supérieur, générant un café corsé, riche en arômes.
Les + : pas cher, excellent rapport qualité prix, cafetière qui a de la gueule
Les – : pas pratique à utiliser au bureau, ne produit que 3 tasses maxi

Coût : une vingtaine d’euros pour la cafetière

Notre avis : Parfait pour se la péter et s’imaginer « puriste du café ». Dans la réalité, admettez-le, il n’y a que les connards de hipsters qui investiront dans cette cafetière ET s’en serviront chaque jour. Dans la vraie vie, vous serez bien trop flemmards pour la sortir tous les matins, la nettoyer, et « déguster un délicieux arabica conseillé par mon baristAaAaA ». Respectez-vous, s’il vous plait ! La vie est trop courte, on est en 2017, et cet appareil n’est ni électrique, ni polluant. On oublie, tout de suite.


nespressoLe café « Nespresso »

Popularisé par Jean-Michel Clooney, le mec a du prendre un cachet tellement gros que le café en est devenu très cher. N’empêche, ces dosettes produisent un café d’excellente qualité, même si c’est une galère à recycler.
Les + : café d’excellente qualité, pratique pour le bureau (pas besoin de feu)
Les – : coût par dosette (environ 0,35€ par café), impact environnemental (les dosettes sont pas ou peu recyclées).

Coût : A partir de 65€ pour la machine à café, environ 35 centimes par dosette (moins cher chez les marques de distributeur)

Notre avis : hors de prix, cette cafetière donnera à certains le privilège de faire partie d’un « club » (de connards), qui vous enverra régulièrement des nouvelles par la poste, sur des petits fascicules (de connards) imprimés sur du papier épais (de connards). En réalité, vous allez payer une blinde vos cafés, et vous ne saurez quoi faire de ces dosettes qui finiront, quoiqu’il arrive, au fond des océans. N’empêche, ce café de connards est quand même très bon.


café jus de chaussetteLe café « jus de chaussette »

Le « café filtre » c’est le café convivial par excellence : grosse contenance, coût faible à l’achat, on lui préfère de plus en plus les autres cafés. En effet, celui-ci est souvent léger en goût (car pas pressurisé), et se révèle à terme moins économique que les autres. En effet, la « cafetière filtre » consomme une blinde en électricité.
Les + : odeur de café dans toute la maison, coût raisonnable à l’achat

Les – : consommation électrique, peu d’arômes développés dans le café

Coût : une quinzaine d’euros pour la machine

Notre avis : victime de la modernité, cette cafetière a pourtant tout donné pour votre bonheur. Idéale pour préparer de grosses quantités de café avant de recevoir toute la famille étendue, d’aller couler des dalles de béton sous la pluie ou de taper des marathons de boulot devant l’ordi, vous l’avez lâchement abandonnée dans le placard, comme un témoin du passé. Dommage !

 


cafetière espressoLe café « espresso »

La rolls ! C’est le même principe que le café que vous prenez dans un bistro : grosse pression (comme chez Nespresso), à la différence près que vous utilisez votre propre café, et n’êtes pas tenus d’acheter une marque spécifique (qui se targue de proposer des cafés d’excellente qualité). En gros, l’appareil est cher à l’achat, mais se révèle plus économique sur le long terme.
Les + : café d’un goût incomparable, véritable « espresso », choix de café

Les – : prix de la machine, résistance sur le long terme pas toujours évidente
Coût : machine à partir de 130€

Notre avis : la classe à Dallas ! Niveau goût, c’est le top du top. On ne vous imposera pas une marque de café en particulier, et vous pourrez, au gré de la santé de votre compte en banque, osciller entre des marques giga-discount, et des « petites sélections » de votre torréfacteur de quartier. Enfin ! On se sent compris, respectés.


Le café « Senseo »

A mi-chemin entre le « café chaussette » et la machine à espresso, la Senseo est économique, aussi bien à l’acquisition qu’à l’usage. On trouve facilement des dosettes « no name », et la bête ne demande pas beaucoup d’entretien pour délivrer le précieux nectar.
Les + : machine pas chère, dosettes économiques
Les – : pas aussi bon qu’un espresso, moins convivial qu’une cafetière « à manman »

Coût : à partir de 50€ pour la machine, environ 0,10€ par dosette

Notre avis : moins badass qu’une Nespresso, cette cafetière est peut-être le meilleur choix ici. Peu coûteuse, c’est un bon compromis entre la cafetière « filtre » et les nouveaux modèles.


Conclusion : chacun son brun ! Si certains ne jurent que par le « ristretto » très serré, consommé en petites quantités (sauf à vouloir devenir animateur télé ou concepteur rédacteur dans une agence parisienne), d’autres lui préfèrent le café long et peu fort en goût. Pour notre part, on a plusieurs machines, pour différents moments. C’est toujours sympa d’avoir le bol de café au chaud le dimanche, au cas où des amis passent… Et de pouvoir faire son numéro avec une cafetière à piston.

A noter : de façon tout à fait partiale, nous n’avons pas listé certains appareils (Dolce gusto, Tassimo…), pour la simple et bonne raison que nous ne les connaissons pas. C’est bon, t’as cru qu’on était UFC Que choisir ? 🙂