« Il n’y a pas beaucoup d’avantages à vivre dans une région au passé industriel sinistré », on a tous déjà entendu ce constat cinglante. Chômage, précarité, paysage déformé… On a peut-être du mal à trouver les points positifs. Néanmoins, les friches désaffectées sont souvent un terrain de jeu idéal pour les sales gosses de la région, les photographes, les graffeurs, les flâneurs et les marcheurs en dehors des sentiers battus. Bienvenue dans une univers où le temps s’est arrêté.

Les Grands Moulins de ParisLes Grands Moulins de Paris

Le spot où tous les fans d’Urbex lillois ont commencé. C’est un spot privé, donc à vos risques et périls. Visible depuis la voie rapide, situé à Marquette, c’est impossible de les louper. Le lieu est très sympa, mais est victime de son succès. On y croise des mecs qui font du Air soft, des graffeurs, des gitans… Attention, le bâtiment est fragile, et plein de pièges (silos de farine, plancher détruit, etc.) et est le théâtre d’accidents. C’est d’ailleurs pour ça que le lieu est surveillé, et fermé aux visites.

 

 

 


Dadipark

Dadipark

Ne vous emballez pas, cet ancien parc abandonné, en Belgique, a été rasé. Dommage ! Celui-ci avait fait faillite après un grave accident survenu en 2000, où un garçon a eu le bras arraché par un manège. Ce n’est pas une légende urbaine, et ce fait divers sordide a précipité la liquidation du parc, déjà pas en bonne forme financière. Le lieu aurait fait un lieu idéal pour tourner un film d’horreur, avec « Parc d’attraction », « enfant au bras arraché » et « abandonné », les mots-clés qui filent les boules.


AD - Standart SA

L’usine Standart SA

Un peu glauque, en bord de Deûle, et au bout de la rue Hegel… Ce bâtiment comprend encore des silos en béton. En réalité, c’est surtout un lieu vide, ravagé. Evitez les escaliers comme la peste. Vous découvrirez ça et là les vestiges du passé : vieux tuyaux, machines en pleine décrépitude. Ce spot pourrait faire l’objet d’un niveau dans le prochain The Last Of Us.


Fort Pierquin alias le Fort d'Englos
Le Fort Pierquin AKA le Fort d’Englos

Pas vraiment urban parce que situé en pleine campagne, le Fort était une propriété de l’Armée, et appartient dorénavant à la commune d’Ennetières-en-Weppes (et pas d’Englos, cherchez pas). Il a un peu triste mine aujourd’hui, la faute à deux guerres, et à quelques explosions de magasins de poudre ici ou là, mais il faut imaginer que le spot pouvait héberger plus de 600 gugusses, en plus de tout le matos militaire. Si vous décidez d’y aller (ce qu’on vous déconseille), armez-vous de la plus grande prudence. Si vous choisissez la sécu, une association organise souvent des visites de ce lieu.


Quelques conseils, si l’urbex vous tente :

  • Ne forcez jamais une propriété privée. Petite astuce : si le lieu est barricadé, verrouillé de cadenas lourds et bardé de panneaux « propriété privée », s’il y un maître chien, vous n’êtes pas chez mémé, ne rentrez pas, vous êtes sur un bien privé. Même si scelui-ci semble abandonné depuis des lustres. Ne risquez pas l’amende !
  • Si rien de tout ça n’est réuni, vous avez peut-être la possibilité de faire un petit tour, à condition de ne rien détruire.
  • N’explorez jamais seul. Au moins un pote avec vous, des téléphones chargés, et une personne (ou plus) à l’extérieur qui sait où vous êtes.
  • La nuit, tous le chats sont gris. Et tu feras pas la différence entre un plancher en dur et un plancher vermoulu. Pour l’explo de nuit, c’est donc un grand NON.
  • Ayez l’esprit clair ! Pas d’explo après une grosse soirée, et pas d’alcool sur place. Je ne parle même pas des autres drogues, parce que tout ça est illégal et que vous m’énervez à poser des questions aussi bêtes.
  • Préparez un minimum de matériel. Une lampe torche, de quoi gérer un éventuel petit bobo sur place et des baskets qui vont bien.
  • Servez-vous de la communauté Urbex ! ce sera toujours mieux d’explorer avec un vieux de la vieille, qui connaît tous les recoins du site que vous visitez. Ca évitera les accidents, et ça rendra la visite bien plus riche !

 

Quelques pistes pour aller plus loin :

Photos © Flickr & Fabien Debrabandere